La nuit introuvable

 

Cvt la nuit introuvable 6067

Image 128

Présentation :

Nathan Weiss vient d’avoir quarante ans lorsqu’il reçoit un appel d’une inconnue : sa mère Marthe souhaite le revoir en urgence. Cette mère, voilà quatre ans, depuis le décès de son père, qu’il s’efforce de l’oublier. Ce n’est pas un hasard s’il s’est expatrié jusqu’en Slovénie.

Il va pourtant obéir et revenir à Paris. Sa mère a changé : elle est atteinte d’Alzheimer et ne le reconnaît presque plus. Nathan apprend alors que Marthe a confié huit lettres à sa voisine, avec pour instruction de les lui remettre selon un calendrier précis. Il se sent manipulé par ce jeu qui va toutefois l’intriguer dès l’ouverture de la première lettre.

Ces textes d’une mère à son fils, d’une poignante sincérité, vont éclairer Nathan sur la jeunesse de Marthe, sur le couple qu’elle formait avec son mari Jacques, la difficulté qu’elle avait à aimer ce fils envers qui elle était si froide. Tandis qu’il découvre ce testament familial, Nathan se débat avec ses amours impossibles, sa solitude, ses fuites. Et si la résolution de ses propres empêchements de vivre se trouvait dans les lettres que Marthe a semées pour tenter de réparer le passé ?

Dans ce premier roman, d’une écriture sensible et poétique, Gabrielle Tuloup décrit l’émouvant chassé-croisé de deux êtres qui tentent de se retrouver avant que la nuit recouvre leur mémoire.

Provenance : 68 premières fois édition janvier 2018

Note : 8,5/10

Commentaire :

Un très beau livre que ce premier roman où Nathan découvre l’histoire de sa mère au travers des huit lettres (qu’il va récupérer à chaque visite qu’il va lui faire)  qu’elle lui a écrit quand les médecins lui ont diagnostiqué la maladie d'Alzheimer. Il avait coupé les liens avec sa mère à la mort de son père, et, ce qu’il va apprendre de la lecture de ces lettres, alors qu’il pensait qu’il n’avait j’avais eu d’amour maternel, va le faire atrocement souffrir. Comme écrit avec la plume de quelqu’un qui sait et qui connait cette maladie, l’auteur m’a profondément touché par les révélations de la mère et la souffrance du fils.

Les phrases sont belles, parfois prêtent à sourire et vont droit au coeur.

J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce livre !

 

Extraits :

 

“Le diagnostic n’a surpris personne. Puisque Alzheimer a choisi d'élire domicile dans mes souvenirs, j’ai décidé d’être polie : j’ouvre la porte. On ne s’oppose pas à un hôte de cet envergure.”

 

“J’ai regardé ma ridicule petite valise pour voyage en cabine, celles des gens qui ne restent jamais bien longtemps, et je me suis demandé comment j’avais pu rapporter autant de chagrin dans un si petit volume.”

 

“Jacques m’a appris à désapprendre l’angoisse qui détricote le sommeil et tire le fil de la mémoire.”

 

“ Il défaisait sans relâche et sans même le savoir la toile de souvenirs où je me débattais comme un insecte.”

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire