Eparse

 

9782709659840 001 t

Image 128

 

Présentation de l'éditeur

À travers une série de fragments, Lisa Balavoine – la quarantaine, divorcée et mère imparfaite de trois enfants – fait le tour de son existence comme on fait le tour du propriétaire, et signe le roman espiègle et nostalgique de toute une génération.
Convoquant la mémoire de chansons, de films, d’événements emblématiques des années 80 à aujourd’hui, entremêlant souvenirs de jeunesse et instantanés de sa vie quotidienne, elle fait de son histoire intime un récit dans lequel chacun peut se reconnaître. Car les questions qu’elle pose (sur l’éternel recommencement de l’amour, sur les héritages et la transmission…) sont les nôtres. Car ses doutes, ses joies, ses peines fugaces ou durables, nous les connaissons. Car les inventaires audacieux qu’elle propose (description à la Perec d’un tiroir de salle de bain, arguments pour ou contre la vie de couple, liste de ses phobies, déclarations d’amour aux acteurs qu’elle a aimés…) nous renvoient à nos propres obsessions.
Telle est la prouesse de ce livre  : à mesure que l’auteur rassemble les morceaux de son puzzle personnel et tente l’autopsie de la première moitié de sa vie, c’est le lecteur qui se redécouvre lui-même.

Provenance : 68 premiers fois édition janvier 2018

Note : 9/10

Commentaire : Lisa Balavoine, telle Rose dans sa chanson, nous livre la liste des choses qu’elle aurait voulu faire a coup de petites phrases commençant par ‘j’aime”, “je n’aime pas”, “j’ai peur de”, “j’ai essayé (sans résultat), “on en connaît”, “peut-être que”, “il faudrait que”, “j’ai perdu”, “il y aura encore”. Elle nous raconte ses joies, ses chagrins, ses amours, ses ruptures, son mari et ses enfants dans un style assez particulier que j’ai eu l’impression de lire sans jamais reprendre mon souffle, tellement c’est rapide. C’est truffé de petits paragraphes, parfois percutants parfois drôles, parfois tendres ou tristes qui mêlent et s'emmêlent dans les différents moments de sa vie dont elle dresse un bilan. Quelques citations, paroles de chanson ou répliques de cinéma ont agrémenté ma lecture. Ce premier roman, d’un style un peu spécial de par sa narration et son style d'écriture est une pépite que j’ai dévoré.

 

Extraits :

 

“Des histoires de rien, parce que je vise pas bien loin, parce que je me contente de peu, parce que je n’ambitionne pas de voir grand.”

 

“Parce que ce qui compte c’est d’être heureux, et que parfois l’être ensemble ne fonctionne plus.”

 

“Moi aussi, j’ai hurlé “Patrick” un soir devant un type qui me donnait rendez-vous dans dix ans.”

 

“Pour aller d’un point A à un point B, il n’est pas rare que je passe par M, E ou X. Il ne faudrait pas croire pour autant que je n’es pas l’esprit pratique. J’ai juste une forte propension à la curiosité.”

 

“Les enfants, ça vous colle aux jambes, aux doigts, aux hanches, ça colle et ça tient bien même, ça ne s’envole pas comme ça.”

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×