Nous, les passeurs

 

 

Ob de3554 12 premiers romans 1

9782221197905

 

Quatrième de couverture :

« J'ai voulu raconter l'histoire de mon grand-père et, par ricochet, celle de ses deux fils. J'ai voulu dire ce qui ne l'avait jamais été, en espérant aider les vivants et libérer les morts. J'ai pensé que je devais le faire pour apaiser mon père. Ces mots, c'est moi qu'ils ont libérée. »
Qui est ce grand-père dont personne ne parle ? Marie, devenue une jeune femme, décide de mener l'enquête, de réconcilier son père avec cet homme disparu à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Albert Barraud, médecin, fut un résistant, arrêté par les Allemands. Marie découvrira son rôle protecteur auprès des autres prisonniers. Destin héroïque d'un homme qui consacra sa vie aux autres jusqu'à sa disparition en mai 1945, sur le paquebot Cap Arcona bombardé par l'aviation britannique... Au terme d'un voyage vers la mer Baltique avec son frère, Marie va défaire les noeuds qui entravaient les liens familiaux.

Note : 9.5/10

Provenance : 68 premières fois édition 2017

Commentaire : C'est avec une petite larme à l'oeil que je referme ce livre si émouvant... Marie , qui n'a pas connu son grand-père, dont personne ne veux parler, se met à la recherche d'éléments retraçants le disparition du Docteur Albert Barraud, arrêté et déporté par les allemands à Bordeaux, lors de la seconde guerre mondiale. Elle va, aidé d'un témoin de l'époque, découvrir l'horreur des camps, mais aussi comment est mort celui, dont le fils, le père de Marie, n'a jamais pardonner le départ. Avec son frère, elle va partir en voyage, je dirais même en pélerinage, sur les lieux de la dernière année de son grand père. Va-t-elle aider son père à pardonner et à faire son deuil ?

C'est superbement bien écrit, c'est fluide, les phrases sont belles et écrites avec le coeur, ça se lit d'une traite. C'est tellement beau, qu'une fois ouvert, j'ai eu du mal à m'en détâcher. C'est un livre de mémoire et d'hommage à un déporté. Ce premier roman est un vrai petit bijou !!!

Extraits :

Ces fins de journées de nos vies d'écolier sont les souvenirs les plus forts que je garde de mon enfance, seulement jamais ma grand mère ne profita de ces instants pour nous raconter le mari, le père et le résistant que fut le docteur Albert Barraud.

 

Il a fallu que j'attende trente-cinq ans pour poser des questions, et c'est à trente-cinq ans que je compris que le sujet était tabou. Parler d'Albert Barraud ou prononcer simplement son nom, c'était accepter de voir le visage de mon père s'assombrir et son regard se noyer dans le vide.

 

A cet instant précis, Roger Joly et ses camarades prirent conscience que si ce pays où ils avaient été conduits de force les femmes se comportaient de la sorte, c'était en enfer qu'ils étaient tombés.

 

Le récit qu'il me fit de la tragédie de 3 mai 1945 fit irruption dans mon coeur avec d'autant plus de violence. Les images me percutèrent. Certaines étaient insoutenables. J'aurais voulu qu'il se taise. Ne pas entendre l'horreur. Seulement, j'avais creusé top loin déjà pour abandonner et faire marche arrière. Je devais savoir.

 

A la libération, les camps sont découverts. Certes, il est plus confortable de découvrir l'atroce vérité que d'avouer, honteux, l'avoir toujours connue.

 

Tu étais jeune quand tu as vite compris. Tu lui en as tant voulu, à votre mère, d'avoir endommagé cette puissante fraternité.Tu lui en as voulu au point de te déconnecter de l'amour à ton tour.

 

Nous n'osions pas nous regarder. Un émotion bien trop grande menaçait de nous submerger. Nous baladions tous deux notre regard sur cet immense tas de peirres représenatnt la bloc du revier 1. Chacune d'elle prit la forme d'un trésor pécieux. Chacune des ces pierres renfermait un morceau de lui...un regard, une empreinte, un souffle, un ci de colère, un secret, un soupir plein d'espoir, un sourire, une larme. Durant toute une année, il s'était battu pour venir en aide aux plus faibles, aux plus désespérés. Durant un an il avait cru, espéré, soutenu, il avait porté, aimé, menti, il s'était battu pour lui, pour eux, pour nous.

 

Pendant Soixante-cinq ans, Albert a attendu. Seulement jamais ce jour n'est arrivé. Jamais cet enfant ne lui a pardonné. Le petit garçon a grandi, il est devenu un homme, et avec le temps, sa colère s'est installée en lui plus profondément encore. Elle est devenue sa compagne, son amie.

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

Joëlle
Je suis d'accord avec chacun de tes mots. Ce livre est un vrai trésor !

Ajouter un commentaire