Neverland

Visuel couv bandeau neverland

Ob de3554 12 premiers romans 1

Quatrième de couverture :

« Je suis parti un matin d’hiver en chasse de l’enfance. J’avais décidé de la capturer entière et vivante. “Regarde, elle est là, tu la vois ?”Je l’avais toujours sentie battre en moi, elle ne m’avait jamais quitté. Mais c’était le vol d’un papillon obscur à l’intérieur, le frôlement d’ailes invisibles dont je ne retrouvais qu’un peu de poudre sur mes bras au réveil. »Neverland est un retour au pays d’enfance, un irrésistible voyage vers ces hauts territoires perdus que nous portons tous en nous.Après ses immenses succès en littérature jeunesse (Tobie Lolness, Gallimard, 2006 ; Vango, Gallimard, 2010 ; Le Livre de Perle, Gallimard, 2014), Timothée de Fombelle signe ici son premier livre pour les adultes.

Provenance : 68 premières fois édition septembre 2017

Note : 7/10

Commentaire :

L’auteur nous embarque dans un voyage au creux de ses souvenirs d’enfance avec une écriture à la première personne. Le texte est fluide, l’écriture y est simple et efficace.

L’enfant hésite entre passer dans le monde adulte et quitter ce monde où il a tant de bons souvenirs.

C’est un livre initiatique de retour à l’enfance et des souvenirs qui l’entourent.

Un beau premier roman qui se lit vite de par son format et son nombre de pages.

 

“ Mais, à cause de la quête qui m’avait conduit ici, je voyais partout dans ce théâtre d’ombres une foule d’enfants sages assis sur la tranche des dossiers, entre les pages, ou grimpant la spirale d’un cahier. Des enfants ! Ils avaient tous été des enfants et revêtus un jour, pour avoir l’air grands, on déguisait de notaire, de cavalier, le voile d’une religieuse. Certains se tenaient par la main en jeunes mariés. Mais je les reconnaissais bien derrière leurs mines sérieuses, dans ces habits trop larges qui empêchent de jouer.”

“Mes nuits de bivouac, je rêve souvent de deux enfants grimpant dans les cataractes. Je les vois surgir et disparaître sous les flots. Ils escaladent cette chute d’eau silencieuse… Et je me réveille dans le pays perché de Neverland.”

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire