Le jardin arc en ciel

Le jardin arc en ciel 2

Quatrième de couverture :

Izumi, jeune mère célibataire, rencontre Chiyoko, lycéenne en classe de terminale, au moment où celle-ci s'apprête à se jeter sous un train. Quelques jours plus tard, elles feront l'amour sur la terrasse d'Izumi et ne se quitteront plus. Avec le petit Sosûke, le fils d'Izumi, elles trouvent refuge dans un village de montagne, sous le plus beau ciel étoilé du Japon, où Chiyoko donne naissance à la bien nommée Takara-le-miracle ; ils forment désormais la famille Takashima et dressent le pavillon arc-en-ciel sur le toit d'une maison d'hôtes, nouvelle en son genre. Il y a quelque chose de communicatif dans la bienveillance et la sollicitude avec lesquelles la famille accueille tous ceux qui se présentent : des couples homosexuels, des étudiants, des gens seuls, des gens qui souffrent, mais rien de tel qu'un copieux nabe ou des tempuras d'angélique pour faire parler les visiteurs ! Tous repartiront apaisés. Et heureux. Pas à pas, Ogawa Ito dessine le chemin parfois difficile, face à l'intolérance et aux préjugés, d'une famille pas comme les autres, et ne cesse jamais de nous prouver que l'amour est l'émotion dont les bienfaits sont les plus puissants. On réserverait bien une chambre à la Maison d'hôtes de l'Arc-en-ciel !

Note : 8/10

Provenance : Club lecteurs bibliothèque de Saint André les Vergers

Commentaire : Izumi, jeune mère de Sôsuke, en instance de divorce recontre Chiyoko, jeune fille d'un riche médecin de la ville qui allait mettre fin à ses jours. Elles tombent amoureuses l'une de l'autre et décident de former une famille "Une famille, ce n'était pas une question de sexe ou d'âge", qui s'appellera Takashima (conjonction de leurs deux noms de famille), et s'installent au Machu Picch (petite région de la Chine). Peu de temps après leur installation, Chiyoko, annonce à sa compagne qu'elle est enceinte (une liaison juste avant qu'elles ne se rencontrent). Izumi lui propose de garder l'enfant et de l'élever ensemble "mes propres mots m'ont fait monter les larmes aux yeux"..."Nous ne pouvions pas modifier le passé, ni l'une, ni l'autre, mais façonner notre avenir nous appartenait. Aimer Chiyoko c'était l'accepter toute entière, avec son histoire personnelle. Une famille n'en est pas une dés le départ, elle me devient avec le temps, jour après jour, à force de rires, de colères et de peurs" Au printemps, une petite fille nommée Takara pas son frère nait, agrandissant ainsi la famille. Elles décident de rénover leur maison et d'ouvrir des chambres d'hötes "L'arc en ciel" qui accueille toutes sortes de gens de passage, sans différence et discrimination. "Le drapeau arc en ciel, est parait-il, le symbole de ceux qui appartiennent à une minorité sexuelle comme nous". Sôsuke, devenu adulte, part travailler à la ville. Takara, adolescente, elle, découvre qu'ils ne sont pas frères et soeur, et en est beaucoup perturbée. Chiyoko tombe très malade et les deux amoureuses décident de faire une cérémonie de mariage "l'union de mes deux mères a été solennellement célébrée par un pasteur ouvert aux mariages homosexuels. De mon point de vue, c'est cela qui est vraiment bizare. Alors qu'un homme et une femme peuvent concevoir un enfant sans s'aimer, deux hommes ou deux femmes, fous d'amour, n'auront jamais leur propres bébé, c'est vraiment trop injuste, non ?" ... "Le bon Dieu pourrait quand même, me semble-t-il, avoir la générosité d'accorder un bébé à tous les amoureux qui le souhaitent, qu'ils soient hétérosexuels ou homosexuels." ... "Elles ont beau trouver la teinte de la fleur voisine plus jolie, et l'envier, elles ne peuvent pas modifier à leur guise la couleur qui leur est dévolue. Alors, il ne leur reste plus qu'à vivre cette couleur de toutes leurs forces, tu ne crois pas ? En écoutant maman, je me suis dit qu'elle avait raison. Une fleur avait beau souhaiter devenir rouge, elle ne pouvait pas choisir la couleur des ses pétales."... "Le mariage, tu sais, je crois que c'est un peu comme former un duo de détectives du bonheur. On s'arrache parfois les cheveux, on lutte contre des ennemis puissants, mais malgré tout on continue d'avancer à la poursuite du bonheur. Pour les deux, c'est la même chose."

J'ai beaucoup aimé ce beau roman dénonçant les différences. C'est un joli livre sur l'amour en général qui est raconté pas les quatres membres de cette famille qui respire tellement le bonheur. L'écriture est fluide, et l'auteur semble avoir écrit avec son coeur, ce qui donne de superbes phrases. Une histoire comtemporaine, où deux enfants vivent avec deux mamans et où l'amour est omniprésent jusque dans la mort.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×