La voix de Cabo

Imagerepository

Ob de3554 12 premiers romans 1

Quatrième de couverture :

À vingt ans, Teresa Monti fuit Montevideo et la brasserie familiale pour l’amour de Damaso, un télégraphiste avec lequel elle emménage dans un phare du bout du monde.

Des années plus tard, dans l’étroite cuisine du phare de Cabo Polonio où Teresa fait la classe aux enfants des pêcheurs, Machado, un chasseur de loups de mer analphabète, fait son apparition. Sur les bateaux qui naviguent entre les îles, il a entendu parler de la maîtresse de Cabo, et pressent que son salut dépend de cette femme engagée, ardente, insoumise.

Pendant ce temps-là, à travers le pays, les Tupamaros organisent leur mouvement révolutionnaire.

Cinq années plus tard, c’est une femme brisée que l’on retrouve derrière le bar de la brasserie de son enfance à Montevideo. Tandis qu’un dramaturge américain de passage tente de redonner à Teresa goût à la vie, une seule question hante la maîtresse de Cabo : Machado a-t-il tenu la promesse qu’il lui a faite lors de leurs adieux ?

Provenance : 68 premières fois édition septembre 2017

Note : 6/10

Extraits :

D’ailleurs, parler de village pour dire ce qu’était Cabo Polonio à l’époque relevait de la plus pure prétention.. Un bout de terre marécageuse coincée entre de hautes dunes mouvantes et les flots, malmené par les vents et les courant de l’Atlantique. Trois ou quatre cabanes de pêcheurs posées là. Et une poignée d’hommes au nerfs d’acier.

 

Quand un soir, de retour des îles, il avait vu les enfants sortir du phare en criant, il avait interrogé Fausto qui, après cinquante-cinq années de chasse, connaissait tout le monde à Cabo. L’ancien avait parlé de l’école, de la femme du gardien de phare, une fille de la capitale qui s’était mise en tête de faire la classe dans la cuisine du phare.

 

Quand il eut repris connaissance, il entrevit  l’aube pâle. Il se releva, saisit la première chaise qu’il trouva et fracassa les appareils de contrôle (...) Il se hissa sur la parapet et se laissa tomber dans la vide.

 

La voix de Stephen était celle de quelqu’un qui tente de secourir un noyé, puis de le ramener à la surface de l’océan.

Teresa nageait à contre courant depuis trop longtemps.

Elle se fia à cette voix comme une balise en pleine terre.

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire