La fille du van


6832 couv la fille du van1ere cfilet
Ob de3554 12 premiers romans 1

 

Résumé :

Sonja, jeune femme à la chevelure rousse, fuit son passé militaire en Afghanistan et lutte contre ses cauchemars. Elle se déplace et dort dans un van. Tout en enchaînant des petits boulots, elle erre dans le sud de la France.
Échouée à Mèze, dans l'Hérault, elle rencontre Pierre, ancien champion olympique de saut à la perche, homme aux rêves brisés. Puis se lie d'amitié avec Sabine qui la fait embaucher dans un supermarché, et Abbes, fils de harki au casier judiciaire bien rempli.
Entre Mèze, Sète et Balaruc-les-Bains, sur les bords de l'étang de Thau, tous les quatre vont tenter, chacun et ensemble, de s'inventer de nouveaux horizons, un nouvel avenir.

Provenance : 68 premières fois édition septembre 2017

Note : 9/10

Commentaire : 

Comme Sonja le dit à Pierre dans une des pages du livre : elle a été militaire, infirmière, femme mariée, elle a un enfant dont elle ne parle pas, elle a fait l’Afghanistan, elle souffre depuis d’insomnies et d'angoisses, elle a fui son foyer, déteste les gens, elle est sur la route depuis des mois, déteste les politiques, l’armée et la guerre, elle a vu des morts, des mutilés, elle se drogue aux médicaments antidepresseurs. Telle est Sonja !

Elle arrive au bord de l'étang de Thau, dans le sud de la France, “Elle n’y avait pas mis les pieds depuis six ans.” Elle y rencontre Pierre, Sabine et Abbes. Tous les quatre vont vivre une histoire, d'amour ou d'amitié, mais une histoire intense, un lien qui va, à chacun leur manière les sortir de leurs problèmes respectifs. La fin est dramatique et décrite avec des mots percutants.

C'est un livre coup de poing, écrit avec des phrases courtes et des mots qui claquent, que nous livre l'auteur. C'est à la fois passionnant et émouvant. L'écriture y est dynamique et entraînante. La lectrice que je suis a été embarquée dans un flot de sensations. Une fois le livre refermé, j'ai eu presque envie de le reprendre pour le relire (ce que je ferai certainement un jour de cafard). Un très beau premier roman qui laissera des traces dans ma mémoire. C'est beau, c'est vivant (malgrè la mort qui rode beaucoup), et tellement touchant. C'est à lire !

 

 

 

“Quand son réveil sonne, ce mardi matin, Sonja marche les pieds dans l’eau. Elle est débout depuis un moment, un comprimé de Rohypnol au lieu de deux, forcément, le brouillard est moins épais. le regard pour une fois clair et le champ de vision large, face à l’étang pas encore chahuté par la brise, elle tente d’analyser ce qui a pu lui donner suffisament confiance pour baisser la dose.”

 

“Elle se rêvait en mer, elle a fini militaire en zone de combat.”

 

“Mais personne ne soutient ce coupe de tête - partir à la guerre, mère indigne, alors que ton enfant n’a que deux ans ?”

 

“Pierre, tu as été le premier perchiste de l’Histoire à tenter une barre de six mètres, tu as battu un record du monde, tu as remporté l’or olympique, tu as concouru devant des dizaines de milliers de spectateurs, la peur de ne pas réussir ne t’a jamais paralysé sans doute l’âge, expliquais-tu, hermétique à toute pression, ou bien elle transcendait. Tu sautait avec la fougue, un peu chien fous. Alors ?”

 

“ Ils ont retrouvés la terre ferme. Ils longent les navires en cale sèche. Pierre ouvre la bouche, la referme, la rouvre mais reste muet. Sonja, voudrait-il dire, tu poses des perfs, tu extrais des balles, tu identifies des cartouches, tu dors dans un van, tu me possèdes et tu me fais jouir, tu me fais parler, tu es une foutue énigme.”

 

“J’ai le droit d’aimer une femme et d’être mère. J’ai le droit d’aimer un autre homme que le père de mon enfant et d’être mère. De coucher avec les deux et d’être mère.”

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire