Le monde entier

Lechatquilit.e-monsite;com

Le monde entier de François BUGEON

Chevalier est un homme, tout ce qu’il y a de plus tranquille. Il est célibataire, vit dans une petite maison mitoyenne à la campagne, avec pour voisin un vieil homme avec qui il discute le soir. Il a des amis d’enfance avec qui il reste lié.
Un soir, Chevalier, en rentrant d’une balade en mobylette, sauve 3 personnes coincés dans une voiture accidentée. Il se réveille à l'hôpital, où il apprend que sa mobylette n’a pas été retrouvée sur les lieux de l’accident et qu’il n’y avait que deux blessés quand les secours sont arrivés.
Quelques jours plus tard, son ami d’enfance, Ségur lui ramène sa mobylette, puis revient avec une jeune fille d’une vingtaine d’années, noire, qui s’avère être la troisième personne de la voiture accidentée. Chevalier l'héberge chez lui…
Alors mon imagination se met en route : Chevalier va-t-il avoir une relation avec cette jeune fille étrange ? Pourquoi cette jeune fille se cache-t-elle ? Quel mystère entoure cette jeune fille ? Et, rien de tout cela ! Les pages tournent, et je découvre que Chevalier est un homme sans histoires, que sa vie tourne autour des histoires des autres. Son ami Ségur, apparemment sans histoire, a son histoire, son amie infirmière aussi, mais pas lui ! Chevalier est l”oreille compatissante, le bon ami de tous. Quand à la jeune fille, je n’en dis pas plus, mais est-elle aussi mystérieuse que l’auteur nous le laisse présager ?

Au premier abord, la couverture ne me donnait pas envie d’aller vers le livre, mais le contenu s’est avéré être un régal.
C’est un roman bien écrit que nous livre cet auteur. Un roman banal, avec une intrigue qui n’en est pas une, mais qui donne un réel plaisir de lecture.
J’ai aimé la construction de ce roman, avec sa part de mystère qui laisse vagabonder l’imagination et qui finalement ne révèle rien !

Un très bon premier roman qui pourrait devenir le “chouchou” des 68 premières fois  !

Extraits :

Chevalier entra dans le bistrot. Il n’y allait pas si souvent, enfin, plutôt deux fois qu’une s’il y avait de quoi, des copains ou l’air du temps qui s’y prêtait, mais il n’était pas un pilier de bar, n’en sortait jamais bourré, et d'ailleurs n’y allait pas spécialement pour boire. Pour lui, le café était comme une cuisine à l’échelle du village, dans laquelle on pouvait se retrouver pour parler de rien et se tenir au chaud, comme une famille avant le souper.

Il n’y avait pas beaucoup de tendresse entre sa mère et lui, le sentiments avaient dû être lessivés avec le reste, avec le linge des gens pour qui elle faisait le manage, ou avec celui de la famille, des trois filles et du père mort depuis vingt ans et qu'on regrettait sans regretter, vu qu’il buvait.

Il avait gardé ce goût pour la sieste d’été, s’allongeait n’importe où après le déjeuner, entre deux caisses au travail, dans son lit chez lui ou mieux sur l’herbe à l’ombre d’un arbre quand il faisait beau. Il dormait vingt minutes et sortait de là frais comme un gardon, satisfait du repos bien fait, se foutant pas mal des commentaires rigolards de ceux qui bossent, eux, ou qui lisent pendant ce temps. Il disait qu'il trouvait son bonheur dans la sieste, et que personne ne saurait le lui reprendre.

Ségur lui avait dit ce que c’était d’être amoureux, comment ça le réveillait en pleine nuit sans qu'il puisse se rendormir. Il lui avait dit le goût de ferraille dans la bouche que ça fait quand quelqu’un vous manque, qu’il est tout prêt mais qu’on ne peut l’approcher parce qu’il y a ses gamins, ou parce qu’il y a le mari quand les gamins n’y sont pas, ou la famille, les gens qui passent. Ségur avait dit aussi qu’elle l’aimait de la même façon, peut-être plus encore, et Chevalier avait vu à son visage grave que ce ne devait pas être une invention. 

Ce qui était remarquable, selon Chevalier, ce n’était pas qu’ils soient amoureux, mais que Ségur soit amoureux de quelqu’un. C’était le dernier qu’il imaginait s’attacher un jour à une femme, à accorder du prix à ses sentiments.

Image 57Image 12

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

antigone
Les lecteurs sont en effet assez unanimes ! Je suis moi aussi sous le charme de ce roman, qui n'est pas devenu tout à fait un coup de coeur (mais presque). J'ai aimé les personnages, l'atmosphère et à la fin mon petit coeur tout mou a un peu chaviré. ;)

Ajouter un commentaire