Jupe et pantalon

Lechatquilit.e-monsite.com

Jupe et pantalon de Julie MOULIN

Marguerite et Mirabelle sont les deux jambes de A. Babette est sa paire de fesses, Camille, son cerveau, Boris et Brice ses bras. Tout ce petit monde doit suivre la vie trépignante de A. Elle est mère de deux enfants, cadre dans une entreprise et passe son temps à courir. Elle va faire une chute dans un aéroport et son mari va la quitter. C’est là début d’une crise et puis, tout va de mal en pire, et toutes la parties de son corps essaient, chacun à leur façon de l’aider. Mais Agathe, je découvre son prénom à la 152 ème page, va-t-elle écouter son corps et réagir ?

Un livre tout en légèreté, ou dans la première partie, j’ai suivi les échanges, très drôles, des différentes parties de ce corps malmené par la vie d’une mère de famille active qui s’oublie quelque peu, et de cette paire de jambes qui nous raconte leur vie.
La première partie, justement, est drôle et plaisante. Ces jambes qui se racontent, est un bon moment de sourires et de rires. Mais, j’ai moins aimé la partie ou Agathe se raconte et part dans ses crises. Mirabelle et Marguerite, m’ont manqué, quoiqu’elles sont encore un peu présentes, dans cette deuxième partie, mais elles ne se racontent plus. Agathe est beaucoup moins drôle !

Un bon premier roman, cependant, sur la recherche de soi même, avec la prise de conscience de tout ce que peut engendrer un surmenage. L’écriture est très agréable à lire, et le livre original et distrayant.

 

Extraits :

Nos deux premières années de vie furent fastidieuses. Si je puis me permettre de donner mon opinion - de jambe -, les capacités d’un être humain se développent anormalement. Nous existions d’un point de vue physiques, certes, mais sans raison d'être, sans grâce ! Nous étions deux extrémités potelées et ridées en attente, seulement à se plier et se tendre, désaccordées aux cris de l’enfant.

A retire son pantalon. Nous sommes livides, victimes d’un combat qui nous dépasse. A nous frotte vigoureusement. Comme si nous avions froid ! Les poils noirs et drus se dressent sur notre peau blanche, leurs pointes hérissés se préparent à l’affrontement. C’est leur ultime résistance, car sur le champ de bataille ne resteront bientôt que deux jambes nues.

Ah, Babette ! Babette, le pilier, la matrone de ce corps ! On l’imagine dodue, elle est à peine potelée, rebondie à la bonne mesure, Babette est fermé et drôle, fantasque, susceptible et généreuse. Babette a monté un fonds de commerce en hémorroïdes. Sa marchandise lui interdit un port de string quotidien et nous évite une station assise prolongée. Babette n’a peur de rien, se sacrifie quand il le faut. Babette est altruiste. Elle en a vu de toutes les couleurs, de toutes les tailles. Fut un temps où nos partagions ses ébats, l’Ensemble à nouveau, un tout remué de plaisir. Ah, Babette ! Elle est plus grande qu’une paire de fesses, plus qu’un sexe. C’est une gardienne de l’humanité.

Une jambe aussi à le droit de parler ! Tu te donnes un genre, Brice, parce que tu es un bras, mais tu n’es pas si différent de moi. Tu appartiens au corps de la même femme. Un corps qui l’oblige et qu’elle refuse. Avis nous sommes plus qu’un corps. A n’est pas seulement cette femme, c’est un être humain, un concert de voix, qui toutes ont un sens. J’ai du sens en tant que jambe. On n’était pas si mal Ensemble…

La maternité est sans doute une épreuve, dit-elle. Les enfants nous font pourtant un cadeau très précieux : celui de nous faire revivre notre propre enfance. Parfois cela rouvre des blessures, des cicatrices que l’on croyait refermées. (L’eau, de nouveau, brûle.) Mais le plus souvent, c’est une renaissance, un émerveillement devant la vie, de beaux souvenirs qui remontent. La vie prend une couleur nouvelle. Tout redevient étonnement.

Image 53Image 12

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×