Branques

Image 4

Branques de Alexandra FRITZ

Je qualifie ce livre de “Folie douce”

J’ai suivi, dans ce livre, les divagations de trois personnes internées, non, “hospitalisées” pour troubles psychiatriques : Jeanne, Tête d’Ail et Frisko.
Chacun, à sa manière, nous raconte son histoire…

Dans la façon dont Alexandra FRITZ a écrit son livre, elle nous embarque dans une lecture plaisante. Le texte est comme les personnage, un peu fou. Cela m’a semblé distrayant et agréable à lire.
Un lecture peu commune et un bon premier roman. Écrivain à suivre !!!

Extraits :

Je viens tous les jours faire mes activités. Je suis dans presque tous les ateliers, j’ai que ça à faire de toute façon, dehors, j’ai jamais travaillé. Personne ne m’attend nulle part, parce que ma mère ça ne compte pas, c’est connu, c’est quand elles partent qu’elles nous manquent, dans la vie elles nous empoisonnent à nous demander des comptes même sans rien dire.

Il est impossible de considérer cet épisode comme une opportunité de changement radical de vie, une fois passé aussi violemment, contre son gré, dans le déni le plus total de probables souffrances profondément enfouies, la frontière entre le normal et l’inenvisageable. Frisco s’estime tellement en dehors de ce type de problématiques et tellement roublard dans son malheur, pincé par suspicion de consommation et non pour trafic, recel et vente, finalement heureux dans sa chute, que cet enfermement subit prend des allures de bonnet d’âne, malencontreux et contrariant, certes une parenthèse embarrassante, mais jamais entrevue comme une possible remise en forme médicalisée.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×