Garde Corps

Garde corps de Virginie MARTIN

Martin gardecorps couv web 60cb6

Carnavet, début des années 1980. 
Gabrielle Clair, à peine entrée dans l’adolescence, est violée par un élève de son collège. Dès lors, elle se forge un masque de fer pour transcender ce drame, et se jure de quitter cette province devenue trop étouffante.

Paris, fin des années 2000.
Gabrielle Clair, ministre, mène sa carrière avec talent. Brillante, elle passe sous les fourches caudines du pouvoir, affrontant la ­condescendance et le machisme ordinaire. Jusqu’au jour où son chemin recroise celui de son violeur…

Violence sur les femmes, violence en politique...

Des pierres sèches du Vaucluse aux ors des palais de la République, on suit le parcours de ce personnage ambigu, dans un récit mêlant sexisme et politique. Qui domine ? Qui est dominé ? Tout ­n’est que rapport de force, et la morale n’est pas toujours au rendez-vous.

Genre : roman
Parution le 22 août 2016
176 pages, 15 €

 

Un livre superbement écrit. Quoique parfois très cru, entre passé et pésent, ce livre m'a tenu en haleine jusqu'à la dernière page.

Cette jeune femme ambitieuse, qui a survécu aux blessures de son adolescence m'a bouleversé. Elle se croit l'abri de son passé, jusqu'au jour où, le passé la rattrape sous le visage de son violeur, qui n'est autre que son nouveau chauffeur. Comment va t elle pouvoir survivre à cette proximité ? Angoissant, palpitant, passionnant ...

Un bon premier roman !

 

Extraits :

Je n'ai rien vu venir. Rien du tout. On était des enfants. Surtout moi.

Son regard ne m'a pas laissé de doutes, la petite fille s'est envoléé, le jeu est devenu autre et j'ai eu peur.

"Gabrielle la pute" est loin, Patrick envolé, les vingts quatre types oubliés comme le reste, comme Carnavet, comme mes parents, comme mes amies avec qui j'avais joué à Alice Détective... Paris me protège, m'enveloppe, ses hauts batiments me rassurent, son métro, ses couloirs pas toujours propres, Paris me sauve, Paris m'illumine, panse mes blessures. Paris me répare.

Je monte dans la voiture. L'odeur du parfum de Patrick me dérange. Comme un mal au couer, une nausée.

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire