Congo requiem

Congo requiem de Jean Christophe GRANGE

Dans ce nouveau roman de Jean Christophe GRANGÉ, j’ai eu le plaisir de retrouver Grégoire Morvan et ses enfants, Erwan, Loïc et Gaëlle, mais aussi leur mère.
J’ai parcouru, Paris, Florence, la Belgique, l’Afrique et la Bretagne, avec Bréhat, là d'où tout est parti et tout finit.
Chacun part à sa façon faire son enquête sur l'homme clou, qui à la fin de Lontano, est soit disant tué….

Comme dans Lontano, l’auteur nous tient en haleine jusqu’à la dernière page, nous révélant les petits secrets de chacun et nous dévoilant l’énigme au dernier moment.
Du grand suspense auquel j’ai adhéré avec passion et intérêt malgré quelques scènes assez violentes, mais sans plus. Un gros pavé qui une fois ouvert, je n’ai pas eu envie de lâcher avant le dénouement de l’histoire.

Un très bon roman !

Extraits :

Quelle idée, à la fin ? Explosa Morvan. J’ai interrogé tous les trafiquants de l’époque, j’ai surveillé les allées et venues de chaque fille dans les ghettos noirs, j’ai passé mes nuits à plaquer sur le bac, tout ça pour rien. Je n’ai jamais réussi à le surprendre. Aujourd’hui, Pharabot est mort. Le deuxième Homme-Clou aussi. Pourquoi tu cherches à réécrire l'histoire, nom de dieu ? Pour me traîner dans la merde quarante ans après les faits ?

Deux jours avant, il avait achevé un gamin. Aujourd’hui, il en sauvait un autre. Ça confirmait une théorie : quoi qu’on fasse, impossible d’influencer les loi des équilibres en Afrique.

Sœur Hilldegarde n’avait pas l’air au courant : Dieu avait quitté le Congo depuis longtemps.

D’abord, il fut saisi par l’odeur. Les sempiternels relents médicamenteux bien sûr, mais aussi la crasse des jours solitaires, l’ennui des heures à vide, une poussière morale que rien ni personne ne pourrait nettoyer. La trame même des murs, du sol, du plafond semblait imprégnée par cette désespérance.

Sandoval était un flic posé, expérimenté, méthodique. Pour traquer un forcené sur les routes de l’Île de France, il était parfait. Pour imaginer une intrigue maléfique qui prenait racine quarante ans auparavant au Zaïre et visait aujourd’hui le clan des Morvan, avec comme suspect principal un fantôme féticheur, mieux valait revoir le casting.

Lire avril 2016

LE LIVRE
A qui se fier en Afrique, au Congo en particulier, où tout s’achète et se vend : les papiers officiels, les camions et les avions, les témoignages et les secrets... On y fait des affaires, on règle ses comptes, on transforme des crimes en accident et Grégoire Morvan le sait mieux que personne. Revoici la famille Morvan, les nouveaux Atrides découverts dans Lontano, premier tome d’un imposant thriller signé Jean-Christophe Grangé et publié en 2015.
Le second volet, Congo Requiem, entraîne les lecteurs encore plus loin dans les ténèbres africaines. Grégoire, le père, ex-grand flic de France, bras armé de la République et vrai trafiquant, veut la vérité sur la mort de Catherine Fontana. A-t-elle été tuée par l’Homme-Clou, le tueur en série qu’il croyait avoir mis hors course ? S’agitil d’un copycat qui utilise les mêmes méthodes et transforme ses crimes en rituels ? Erwan, le fils Morvan, enquête aussi sur cette affaire et ne veut pas jouer la même partie que son père. Quant à la fille, Gaëlle, restée à Paris et à peine sortie de l’hôpital psychiatrique, elle exige des réponses et veille en parallèle sur le plus jeune de la famille, Loïc, noyé dans la drogue.
Ce deuxième tome qui se déroule en grande partie du côté de Lubumbashi et Lontano, est une véritable toile d’araignée où dominent la peur, la violence et le mensonge. L’auteur des Rivières pourpres se plaît à mêler politique et thriller, horreur et sociologie. On avance dans la chaleur africaine, au coeur de manipulations où les femmes peuvent se montrer plus féroces que les hommes quand il s’agit d’addiction au mal.

 

Image 27

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire